Un des plus beaux villages de France

Librairie Tartinerie

Un vrai coup de coeur ! D’abord, on tombe sous le charme de Sarrant et de ses maisons à colombage disposées en cercle autour de l’église Saint-Vincent. Puis on découvre la librairie, tellement improbable dans cette commune de moins de 300 habitants dont seulement 80 installés au coeur du village médiéval. Enfin, il y a la passion communicative de Didier Bardy et de sa compagne Catherine, qui ont décidé voilà huit ans d’amener le livre en milieu rural. Dans le Gers, les librairies se comptent sur les doigts d’une main, aussi on ne saurait que trop conseiller la fréquentation de celle de Sarrant. Le fonds de 12 000 titres est impressionnant, le choix, pointu, pioche bien au-delà des best-sellers et des grandes maisons d’édition… Et parce qu’il faut du temps pour choisir, feuilleter, discuter et se décider, Didier et Catherine ont installé des tables. Ils proposent thé, café, bière et tartines salées… Si la librairie ouvre ses portes en fin de matinée, les soirs d’été, elle peut rester ouverte jusque tard dans la nuit, surtout lorsque auteurs et éditeurs viennent parler de leurs ouvrages. Un lieu rare.

(d’après LePoint, n°1872, juillet 2008)

Lieu de rencontres, consultez le site internet www.lires.org et inscrivez-vous pour recevoir le programme des animations.

Le prix Tatoulu

Depuis 1994, Tatoulu organise des débats littéraires au cours desquels 7 000 enfants (soit 400 groupes par région) de 2 à 18 ans, croisent leurs lectures, confrontent leurs pensées et décernent un prix à une œuvre de littérature de jeunesse contemporaine. Cela concerne 2 000 jeunes en Midi-Pyrénées et c’est à Sarrant, lieu de ralliement régional, en partenariat depuis 2004 avec l’association Lires qui gère la librairie Tartinerie, que plusieurs centaines d’enfants sont attendues pour un après-midi de convivialité et de réflexion autour du livre. « Ce prix n’est qu’un outil pour amener les jeunes lecteurs à aiguiser leur esprit à la critique », déclare Dominique Piveteaud, directeur de Tatoulu.
« Lire n’est pas seulement un acte individuel »

Pour Catherine et Didier Bardy de la Tartinerie, « lire n’est pas considéré uniquement comme un acte individuel. La dimension collective et solidaire est nécessaire pour que chacun participe à l’augmentation de l’autre. Il importe donc de développer des pratiques culturelles autour de la littérature jeunesse notamment par le débat ; de favoriser les interactions entre acteurs de différents milieux (milieu rural, zones urbaines, école, structures périscolaires, structures culturelles…) ; de créer des conditions de rapprochements entre structures hors l’école et structures scolaires, afin d’impliquer et mobiliser les familles autour des enjeux de la lecture et du livre. »

Après six mois de travail au sein de leur groupe, les enfants viennent confronter leur positionnement lors de débats coorganisé par Tatoulu et Lires : « C’est le comité de lecture qui sélectionne les ouvrages et parmi 1 000 à 1 500 livres, on en choisit 42, ce qui correspond à sept tranches d’âge. Et il y a six livres par tranche », précise le directeur. Ensuite, à Paris, a lieu la remise officielle des prix aux auteurs. Deux enfants par groupe sont présents à la cérémonie.

Voir la vidéo

Dernières photos